« Les arbres aussi savent fleurir », conférence à la Société d’horticulture et d’écologie de Shawingan-sud

Le 7 décembre 2016, Enracinart est invité par la Société d’horticulture et d’écologie de Shawinigan-sud pour présenter sa merveilleuse conférence pleine de surprises « Les arbres aussi savent fleurir ».

Nous vous y attendons en grand nombre !

 


 

Les arbres aussi savent fleurir

Calendrier en images des floraisons des arbres, adapté à votre région.Érable de Norvège - Suzanne Hardy

Votre conférencière, Suzanne Hardy, illustratrice-botaniste et Claire Morel, photographe naturaliste, vous invitent à naviguer sur les vagues des floraisons successives des végétaux ligneux selon un calendrier ajusté à votre région. Au cours de ce récit en images, véritable initiation à la phénologie, s’échelonnent, entre avril et novembre, les plus saisissants et colorés moments de la vie reproductrice des arbres de votre environnement. Qui a dit que l’hiver dure six mois?

Conférence canadienne sur la forêt urbaine 2016

Conférence canadienne sur la forêt urbaine

Conférence canadienne sur la forêt urbaine

 

Enracinart et sa présidente vont exposer leur travail et offrir leurs services d’inventaire des arbres remarquables lors de ce congrès écoresponsable qui se déroulera du 26 au 29 septembre prochain à l’Hôtel Sheraton de Laval.

À cette même occasion, en collaboration avec la S.I.A.Q. (Société Internationale d’Arboriculture Québec INC.), Enracinart présentera ses diverses réalisations et son plus récent ouvrage : Nos survivants : les arbres remarquables de Laval. Ce tout nouvau livre sera d’ailleurs distribué à tous les congressistes.

 

« Durant 4 jours, entre 350 et 400 forestiers, planificateurs urbains, décideurs politiques et spécialistes en environnement de partout au pays prendront part à des ateliers de formation, des conférences, des échanges animés et de nombreuses activités.  »

 

Pour en savoir plus sur la Conférence canadienne sur la forêt urbaine, visitez le site de la ville de Laval :

CCFU 2016

https://www.laval.ca/conference-canadienne-sur-la-foret-urbaine/Pages/Fr/accueil.aspx#

Un nouvel ouvrage en cours de publication

En septembre 2016 sortira le tout nouvel ouvrage d’Enracinart : Nos survivants, les arbres remarquables de Laval.

Ce livre a été rédigé pour le compte du Conseil Régional de l’Environnement (CRE) de Laval, responsable de son édition. Il sera présenté par Enracinart lors de la Conférence Canadienne sur la Forêt Urbaine, qui se tiendra du 26 au 29 septembre, à l’Hôtel Sheraton de Laval.

 

Le site web d’Enracinart est disponible !

En août 2016, Enracinart a mis en ligne son site internet, reflétant le travail passionné des deux créatrices de l’organisme : Claire Morel et Suzanne Hardy.

Il présente l’histoire de l’organisme depuis ses débuts, et les évènements marquants de celle-ci. On y retrouve aussi une sélection parmi les plus belles photographies d’Enracinart, reflétant le talent de nos deux photographes, et de leur passion pour le patrimoine ligneux, et les plantes indigènes et horticoles du Québec.

En naviguant sur le site web, on peut également découvrir nombre de publications d’Enracinart, que ce soient des articles publiés dans des revues horticoles, ou bien un ouvrage dédié aux arbres remarquables de la grande région de Québec.

Enfin, un visiteur s’intéressant au patrimoine végétal du Québec trouvera toutes les informations nécessaires pour commander une des 21 conférences proposées par Enracinart, ou bien signaler un arbre remarquable, et ainsi contribuer au travail de recherche de l’organisme.

Bonne visite !

Des passionnés d’arbres

Les arbres exceptionnels sont trop mal protégés, estiment des passionnés

Par Annabelle Blais.

Article en date du 3 février 2016, tiré du Journal de Montréal

 

Suzanne Hardy - BERGERCertains les remarquent à peine. D’autres sont prêts à s’enchaîner pour éviter qu’on les abatte. Pour Suzanne Hardy, les arbres représentent le projet d’une vie et elle arpente le Québec à la recherche d’arbres d’exception depuis 25 ans.

«Je suis un peu comme une missionnaire. J’ai été parmi les premières à m’intéresser à notre patrimoine d’arbres», dit-elle.

À son avis, les Québécois connaissent trop peu leurs arbres et les gouvernements font trop peu d’efforts pour les protéger. Mme Hardy a notamment participé à la création d’un inventaire pour le Mont-Royal, en 2011.

Elle a aussi conçu pour Hydro-Québec une base de données d’arbres remarquables sur son réseau.

La Ville de Québec, où Mme Hardy habite, a également fait appel à son expertise en 2009 pour répertorier ses grands arbres.

Ces jours-ci, elle travaille sur un projet semblable pour le Conseil régional de l’environnement de Laval.

Mais elle voit plus grand. Son ambition est de réaliser une immense base de données des arbres remarquables à travers tout le Québec.

3000 exceptions

Depuis 20 ans, cette technicienne en environnement agricole, qui a toujours travaillé avec des botanistes, y consacre toutes ses énergies.

Jusqu’à ce jour, elle a identifié quelque 3000 arbres exceptionnels.

«Les arbres sont les plus grandes créatures vivantes de la Terre, s’exclame-t-elle. Ce sont nos poumons, surtout en milieu urbain.»

Mme Hardy se donne encore un an ou deux pour compléter son registre.

Elle espère que son répertoire sera utile au gouvernement afin de mieux faire connaître nos arbres, et surtout de mieux les protéger.

Au Canada, comme au Québec, il n’y a pas de statut officiel à la pièce pour un arbre qui serait exceptionnel.

On protège plutôt un écosystème. «L’arbre est protégé s’il se trouve dans un site protégé, ou alors, cela repose sur des initiatives personnelles de citoyens ou d’un groupe», explique Guy Bussières, ingénieur forestier affilié au département des sciences du bois et de la forêt à l’Université Laval.

Espèce menacée

Une espèce d’arbres peut toutefois être désignée comme espèce menacée en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables.

Mais sans registre, on ne sait pas toujours où se trouvent ces espèces. «Par exemple, l’érable noir, qui est menacé, ressemble comme deux gouttes d’eau aux érables à sucre, illustre Mme Hardy. Ça n’empêchera pas de couper un érable précis sur tel terrain. Le problème est plus souvent dans l’application des politiques.»

Peu d’interêt pour un registre

En ville, il faut généralement demander la permission avant de couper un arbre, mais les caractéristiques de l’arbre ne pèsent pas toujours bien lourd dans la balance devant le développement immobilier, déplore Suzanne Hardy.

«Il n’y a pas deux villes qui ont le même règlement, et, étrangement, lorsqu’il y a un développement immobilier, c’est soudainement facile d’avoir un permis pour abattre un arbre», dit la passionnée d’arbres.

Mme Hardy affirme qu’elle avait proposé à la Ville de Montréal un registre pour l’ensemble de la Ville, mais qu’elle s’était butée à une fin de non-recevoir.

Réal Ménard, responsable du développement durable, de l’environnement et des grands parcs à la Ville de Montréal, répond que l’absence de registre s’explique essentiellement par un manque de ressources pour se consacrer à cette tâche exhaustive.

«Le problème avec un éventuel registre n’est pas tant une question de pertinence, c’est évident que ça l’est, mais imaginez le défi que ça représenterait de recenser et de qualifier les 1,2 million d’arbres que l’on compte à Montréal», explique-t-il.

M. Ménard souligne que les arrondissements peuvent aussi adopter leur propre politique de protection des arbres. C’est notamment le cas de Saint-Léonard qui a été le premier à adopter un règlement sur la protection des arbres rares, matures, centenaires ou d’intérêt local, en 2012.

Les écosystèmes d’abord

Du côté du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, on dit s’intéresser d’abord à la protection des écosystèmes avant de chercher à protéger des arbres à la pièce.

«C’est rare qu’on accumule des informations sur des arbres de façon individuelle. On ne cible pas spécialement un spécimen en particulier», confirme Normand Villeneuve, ingénieur forestier au ministère.

«Un registre n’a pas vraiment d’intérêt en termes de conservation. On identifie plutôt des milieux qui peuvent être préservés pour leur diversité biologique. L’identification d’un arbre à l’échelle mondiale semble plutôt anecdotique», poursuit-il.

En février 2013, à l’occasion de la journée des données ouvertes, la Ville de Montréal a rendu publiques ses données sur ses arbres. Deux applications ont été créées dans la foulée. Le Centre de la science de la biodiversité du Québec a créé un outil permettant d’identifier sur Google Map 274 277 arbres publics.

L’application Branché, elle, permet de repérer sa position et d’afficher sur son téléphone les espèces d’arbres que l’on croise.

Plus de 200 000 arbres sont ainsi répertoriés. Tout citoyen peut signaler une infestation constatée sur un arbre.

Hydro s’occupe de ses arbres remarquables

Depuis 2005, Hydro-Québec a entrepris de répertorier les arbres remarquables qui se trouvent sur son réseau.

Suzanne Hardy a dénombré pour la société d’État 1264 arbres d’intérêt pour leur grosseur, leur rareté, leur essence, etc. Ces arbres sont ainsi géoréférencés. Lorsqu’Hydro-Québec agrandira son réseau, elle pourra ainsi modifier son tracé pour éviter de couper un de ces arbres.

«En maintenance, on doit parfois élaguer, et les informations sur nos arbres seront prises en considération dans l’évaluation environnementale, ce qui entraînera une intervention minimale», précise Gervais Pellerin, membre de l’équipe de l’unité environnement qui s’occupe de la protection des milieux naturels chez Hydro-Québec.

Ils épient les beaux spécimens

Certains observent les belles femmes, certains les dessinent. D’autres observent les arbres et partagent leurs observations sur Facebook. «Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sapin baumier sans jamais oser le demander». C’est le genre d’information que l’on peut lire sur la page Arbres remarquables et boisés du Québec, qui compte plus de 4600 mentions «j’aime». Charles L’Heureux, qui a créé cette page, observe les arbres depuis 10 ans.

«Il y a six ans, j’ai créé le site et ça m’a permis de rencontrer des gens, on s’organisait des sorties dans les Cantons-de-l’Est pour observer des arbres», dit-il.

En 2010, cet illustrateur a ainsi arpenté les rues de Montréal en compagnie de la journaliste Bronwyn Chester. Elle rédigeait une chronique sur les arbres qu’il illustrait pour le quotidien The Gazette. Les chroniques de la journaliste ont été rassemblées dans un recueil, Island of Trees.

Arbres de 1000 ans

Les plus vieux arbres du Québec sont des cèdres situés dans l’aire protégée des îles du lac Duparquet, à un peu moins de 50 km de Rouyn-Noranda, en Abitibi. «On a dénombré 960 cernes sur un cèdre — ce qui permet de connaître l’âge de l’arbre —, il y a 20 ans, et même si on n’a pas compté 1000 cernes, on peut penser qu’il y a une vingtaine d’arbres de plus de 1000 ans dans ce secteur», explique Yves Bergeron, professeur chercheur à l’Institut de recherche sur les forêts à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.

Bien souvent, les arbres ne se rendent pas au bout de leur vie.

«Il y a toujours quelque chose qui les tue, les coupes d’arbres, le vent, la maladie ou les incendies», dit M. Bergeron. Mais ces cèdres, qui ont poussé sur une île, ont ainsi traversé de nombreuses intempéries.

Source : Journal de Montréal

le choix vert de VRM - Suzanne Hardy

Le choix vert de VMR – Station Mont-Royal

Le choix vert de VMR

Par Julie Turgeon

Article paru dans la revue Station Mont-Royal, volume 1, numéro 3, printemps 2016

 

le choix vert de VRM - Suzanne Hardy

 

Article VMR

 

 

 

Source : Station Mont-Royal

Contribution aux 8 recommandations pour mieux protéger la santé des citoyens

Ginkgo bilobé - Suzanne Hardy

Les 8 recommandations des experts de Québec Arbres visant à mieux protéger la santé des citoyens

  1. Hausser à au moins 40% l’indice moyen de canopée;
  2. Concevoir le plan détaillé des plantations d’arbres et de l’aménagement d’un réseau de promenades vertes accompagné du budget adéquat pour sa réalisation;
  3. Resserrer la règlementation afin de mieux protéger les arbres urbains existants;
  4. Hausser les amendes pour abattage illégal à un niveau dissuasif;
  5. Imposer des règles optimales de protection et d’entretien des arbres municipaux;
  6. Adopter un plan de lutte contre les changements climatiques intégrant l’enjeu de la forêt urbaine;
  7. Mettre en place un plan de promotion et d’éducation visant les citoyens et les professionnels de la construction, de l’aménagement et de la voirie;
  8. Collaborer avec les organismes ayant une expertise en santé publique et en aménagement durable du territoire.

Experts

Jean Bousquet
Professeur titulaire, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, Université Laval

Suzanne Hardy
Auteure de Nos Champions, les arbres remarquables de la capitale

Isabelle Reny
Ingénieure forestière

Dr Pierre Gosselin
Personne ressource en santé publique

Source : Québec Arbres

Protection de la forêt urbaine de la ville de Québec – Suzanne Hardy

Tilleul à grandes feuilles - Claire Morel

 

Voici le lien vers l’entrevue complète à propos de la « Vision de la protection et de  la mise en valeur de la forêt urbaine de la ville de Québec« .

On y retrouve Johanne Elsener, Suzanne Hardy et le Dr. Pierre Gosselin.

MISE À JOUR QUÉBEC MAtv – Vidéo: MISE À JOUR QUÉBEC | ÉMISSION DU 25-02-16 Québec – Mes émissions | MAtv.ca

matv-entrevue-johanne-elsener

http://matv.ca/quebec/mes-emissions/mise-a-jour-quebec/videos/4760877858001

Bravo à vous tous pour vos explications  au grand public afin de les  sensibiliser à l’importance de ces arbres matures si importants lors des périodes de chaleur intense…